Arnaud des Pallieres

Réalisation
Scénario

Résultats de la recherche

Articles (8)

Le directeur de la photographie Julien Hirsch, AFC, parle de son travail sur "Nos années folles", d’André Téchiné

Les entretiens au Festival de Cannes

Julien Hirsch, AFC, avait éclairé Les Temps qui changent, d’André Téchiné, et collaborait déjà avec Jean-Luc Godard et Arnaud des Pallières lorsqu’il remporta le César de la Meilleure photographie en 2007 pour Lady Chatterley, de Pascale Ferran. C’est pour Nos années folles qu’il collabore pour la 7e fois avec André Téchiné qui, pour ce nouveau film d’époque, prend de grandes libertés avec la chronologie du récit. Avec pas moins de 38 films à son actif, un hommage est rendu au réalisateur par la sélection de ce dernier long métrage au 70e Festival de Cannes (BB).

Entretien avec le directeur de la photographie Yves Cape, AFC, SBC, à propos de son travail sur "Les Filles d’Avril", de Michel Franco

Les entretiens au Festival de Cannes

Yves Cape, AFC, SBC, a commencé sa carrière avec Bruno Dumont puis il a collaboré avec Claire Denis, Patrice Chéreau, Cédric Khan, Guillaume Nicloux et dernièrement avec Arnaud des Pallières. En 2014, il rencontre le réalisateur mexicain Michel Franco avec lequel il tourne à Los Angeles Chronic, qui remporte le Prix du scénario à Cannes en 2015. Pour ce 70e Festival, le réalisateur revient à Cannes avec Las hijas de Abril (Les Filles d’Avril) en sélection à Un certain regard.

31e édition du Festival international du film francophone de Namur

Films AFC dans les festivals

Le Festival international du film francophone de Namur, qui s’est déroulé du 30 septembre au 6 octobre 2016, représente, à travers ses différents programmes, toute la diversité de la Francophonie. Présidé par Bouli Lanners et composé de Marguerite Abouet, Jérôme Bonnell, Sandrine Bonnaire, Tudor Giurgiu, Niels Schneider et Eileen Hofer, le jury de la compétition internationale a décerné le Bayard d’or du Meilleur film à Orpheline, d’Arnaud des Pallières, photographié par Yves Cape, AFC, SBC.

La directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, parle de son travail sur "Le Procès de Viviane Amsalem", de Ronit et Sholmi Elkabetz

Les entretiens au Festival de Cannes

Après avoir débuté sa carrière de directrice photo sur les films de Téchiné (Les Roseaux sauvages, Les Voleurs), Jeanne Lapoirie éclaire plusieurs films de François Ozon (Goutes d’eau sur pierres brûlantes, Sous le sable, Huit femmes, Le Temps qui reste, Ricky) et de Valeria Bruni Tedeschi (Il est plus facile pour un chameau, Actrices, Un château en Italie). Son parcours l’amène à travailler sur des films très différents, il suffit pour s’en rendre compte de visionner Michael Kholhass, d’Arnaud des Pallières, puis Le Procès de Viviane Amsallem. Pour ce film israélien de Ronit et Sholmi Elkabetz, en sélection à la Quinzaine des réalisateurs, Jeanne Lapoirie nous confie comment elle a abordé son travail en fonction des choix radicaux des deux réalisateurs.

"Un film se fait tout seul"
Des propos de Jeanne Lapoirie, AFC

Propos et entretiens

A l’occasion de la récente sortie en salles de Michael Kohlhaas, le film d’Arnaud des Pallières que Jeanne Lapoirie, AFC, a photographié, l’hebdomadaire Le Nouvel observateur (17-23 août 2013) et Sophie Grassin ont demandé à la directrice de la photographie de « livrer sa méthode et raconter le tournage du film ».

L’agenda du vendredi 24 mai

Agendas

  • Les films AFC du jour
  • Sélection officielle, Compétition
  • The Immigrant, de James Gray, photographié par Darius Khondji, AFC, ASC, projections au Grand Théâtre Lumière à 8h30, 15h et 19h30
  • Le film sera de nouveau projeté le samedi 25, salle du Soixantième à 11h15
  • Lire un entretien accordé par Darius Khondji à propos de son travail sur The Immigrant
  • Sélection officielle, Compétition
  • Michael Kohlass, d’Arnaud des Pallières, photographié par Jeanne Lapoirie, AFC, projections au Grand Théâtre Lumière à 11h30 et 22h30
  • Le film sera de nouveau projeté le samedi 25, salle du Soixantième à 14h
  • Lire un entretien accordé par Jeanne Lapoirie à propos de son travail sur Michael Kohlass.
  • Contacts AFC
  • Mathilde Demy : +33 (0)6 48 10 44 58
  • Jean-Noël Ferragut : +33 (0)6 03 50 09 28
  • Point de rencontre : Pavillon de la CST

La directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, parle de son travail sur "Michael Kohlass", d’Arnaud des Pallières

Les entretiens au Festival de Cannes

C’est pour un deuxième entretien que nous retrouvons Jeanne Lapoirie cette année à Cannes puisqu’elle a éclairé deux films en Sélection officielle sur la Croisette : Un château en Italie, de Valeria Bruni Tedeschi, et Michael Kohlhaas, d’Arnaud des Pallières. Elle évoque ici cette deuxième collaboration avec un réalisateur qui nous avait étonné avec Parc, en 2009. Sur Parc, Jeanne avait créé une lumière assez travaillée et présente. Sur Michael Kohlass, elle sublime la lumière naturelle pour rendre toute la rudesse et l’âpreté de ce scénario. (BB)

La directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, parle de son travail sur "Un château en Italie", de Valeria Bruni Tedeschi

Les entretiens au Festival de Cannes

Jeanne Lapoirie débute sa carrière en éclairant des films d’André Téchiné (Les Roseaux sauvages, Les Voleurs). Elle collabore ensuite sur plusieurs films avec François Ozon (Goutes d’eau sur pierres brûlantes, Sous le sable, Huit femmes, Le Temps qui reste et Ricky). Son parcours l’amène à travailler sur des films d’auteurs ou des films particuliers comme My Little Princess d’Eva Ionesco, Les Revenants de Robin Campillo, Independencia de Raya Martin, Parc d’Arnaud des Pallières, La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq. C’est pour le troisième long métrage de Valeria Bruni Tedeschi, avec qui elle a travaillé depuis son premier film, Il est plus facile pour un chameau, que nous retrouvons Jeanne qui nous parle de son travail sur Un château en Italie, en Sélection officielle. (BB)

Articles (30)

Reprises parisiennes des sélections cannoises 2024

Festival de Cannes 2024

Celles et ceux qui n’auraient pu se rendre au 77e Festival de Cannes auront l’opportunité de voir certains des films sélectionnés, en particulier ceux présentés à Un Certain Regard, à la Quinzaine des Cinéastes et à la Semaine de la Critique, films qui seront repris dans différentes salles parisiennes jusqu’au 16 juin 2024.

Irina Lubtchansky, AFC, parle de sa collaboration avec Arnaud et Jean-Marie Larrieu sur "Le Roman de Jim"
Par Brigitte Barbier pour l’AFC

Les entretiens au Festival de Cannes 2024

Adapté du dernier roman éponyme de l’écrivain Pierric Bailly, Le Roman de Jim (paru chez POL en 2021), interroge la paternité en dehors des liens du sang. Le tournage s’est passé entièrement dans le Haut-Jura, dans les décors décrits dans le livre. Ce sont les frères Larrieu, Arnaud et Jean-Marie – le tandem de réalisateurs qui tournent tous leurs films à la montagne, Peindre ou faire l’amour, Tralala…– qui s’emparent de ce mélodrame. Ils font appel à la directrice de la photographie Irina Lubtchansky, AFC, pour signer l’image de cette saga qui s’étale sur 25 ans. Elle nous propose un retour sur cette première collaboration avec deux réalisateurs qui donnent le ton au cinéma d’auteur français. Avec Le Roman de Jim, les frères Larrieu sont de retour au Festival de Cannes 2024, en sélection officielle Cannes Première. (BB)

Irina Lubtchanksy, AFC, talks about her collaboration with Arnaud and Jean-Marie Larrieu on "Le Roman de Jim"
By Brigitte Barbier for the AFC

Les entretiens au Festival de Cannes 2024

Adapted from the latest novel by writer Pierric Bailly, Le Roman de Jim (published by POL in 2021) explores fatherhood outside of blood ties. The film was shot entirely in the Haut Jura, in the settings described in the book. The Larrieu brothers, Arnaud and Jean-Marie, - the directing duo who shoot all their films in the mountains, such as Peindre ou faire l’amour and Tralala – directed this melodrama. They called on cinematographer Irina Lubtchansky, AFC, to craft the visuals of this saga spanning 25 years. She reflects on this first collaboration with two directors who set the tone for French auteur cinema. With Le Roman de Jim, the Larrieu brothers return to the Cannes Film Festival in 2024, in the Cannes Première official selection. (BB)

Les entretiens AFC au festival "Séries Mania", de Lille Alistair Little revient sur le tournage des trois premiers épisodes de "True Love", de Chloe Wicks
"Le pacte des (vieux) loups", par François Reumont

Entretiens avec des directeurs de la photographie

"True Love" est une des séries présentées en avant première à Lille dans le cadre du Panorama international. Co-créé par la comédienne et scénariste Charlie Covell ("The End of the Fucking World", sur Netflix) et Iain Weatherby, elle traite de l’euthanasie avec à la fois un suspens et un humour tranchant so British. A la tête de ce projet, la comédienne Lindsay Duncan donne une interprétation pleine de vie et très touchante aux côtés de ses quatre autres partenaires, tous septuagénaires. C’est le directeur de la photographie Alistair Little qui signe les images des trois premiers épisodes sur six, réalisés par Chloë Wicks, venue du court métrage, dont c’est la deuxième participation à une série après "Flatshare" pour la plateforme Paramount Plus. "True Love" a été produit pour la chaîne britannique Channel 4. (FR)

Des directrices de la photographie à la lumière de la Journée internationale des droits des femmes

Revue de presse

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, le magazine britannique Cinematography World a mis en ligne sur son site Internet des articles publiés dans des numéros parus au cours de l’année écoulée et relatant le travail de directrices de la photographie sur un de leurs films les plus récents. Sont ainsi mises à la une Charlotte Bruus Christensen, ASC, Josée Deshaies, Judith Kaufmann, BVK, Suzie Lavelle, ISC, BSC, Monika Lenczewska, PSC, et Claire Mathon, AFC.

Au palmarès des 49es César

Les César

Lors de la 49e cérémonie de remise des César, vendredi 23 février 2024 à l’Olympia, les lauréats, désignés par les 4 694 membres votants de l’Académie, ont été annoncés. Le César du Meilleur film a été attribué à Anatomie d’une chute, réalisé par Justine Triet et photographié par Simon Beaufils, film ayant obtenu six César et pour lequel la cinéaste a obtenu celui de la Meilleure réalisation, d’une part, et le César de la Meilleure photo a été remporté par David Cailley pour Le Règne animal, de son frère Thomas, film dont des membres de l’équipe ont été récompensés de cinq César, d’autre part.

Au palmarès des 29es Prix Lumières

Prix, Trophées, Académies, Meilleure photo

Les 29es Prix Lumières, décernés par les membres de l’Académie des Lumières, correspondants de la presse internationale issus de 36 pays, ont été remis, lundi 22 janvier 2024, au Forum des images. Dans les catégories Meilleur film, Meilleur scénario et Meilleure actrice, Anatomie d’une chute, réalisé par Justine Triet et photographié par Simon Beaufils, a dominé le palmarès. Thomas Cailley a remporté la catégorie Meilleure mise en scène pour Le Règne animal, photographié par David Cailley, et la Meilleure image est revenue à Jonathan Ricquebourg, AFC, pour La Passion de Dodin Bouffan, de Trần Anh Hùng.

Présentation des nommés pour les Prix AFC

Les Prix AFC

Présentation des directeurs et directrice de la photographie nommées dans l’une des quatre sections des Prix AFC. Rappelons que les Lauréats seront annoncés lors de la cérémonie de remise des prix qui aura lieu le 7 février 2024 durant le Micro Salon AFC.

Au palmarès des Arcs Film Festival 2023

Festivals divers

Les Arcs Film Festival, consacré à la diversité du cinéma européen indépendant – dont la 15e édition s’est tenue du 16 au 23 décembre 2023 –, a annoncé son palmarès. Parmi les prix décernés, La Flèche de Cristal est allée à Slow, de Marija Kavtaradze, photographié par Laurynas Bareiša, et le Prix de la Meilleure photographie, à Nathalie Durand, AFC, pour Le Successeur, de Xavier Legrand, film en compétition ayant aussi remporté le Prix du public. On comptait douze films photographiés par des membres de l’AFC au nombre des films sélectionnés dans les diverses sections.

Articles (8)

Le directeur de la photographie Julien Hirsch, AFC, parle de son travail sur "Nos années folles", d’André Téchiné

Les entretiens au Festival de Cannes

Julien Hirsch, AFC, avait éclairé Les Temps qui changent, d’André Téchiné, et collaborait déjà avec Jean-Luc Godard et Arnaud des Pallières lorsqu’il remporta le César de la Meilleure photographie en 2007 pour Lady Chatterley, de Pascale Ferran. C’est pour Nos années folles qu’il collabore pour la 7e fois avec André Téchiné qui, pour ce nouveau film d’époque, prend de grandes libertés avec la chronologie du récit. Avec pas moins de 38 films à son actif, un hommage est rendu au réalisateur par la sélection de ce dernier long métrage au 70e Festival de Cannes (BB).

Entretien avec le directeur de la photographie Yves Cape, AFC, SBC, à propos de son travail sur "Les Filles d’Avril", de Michel Franco

Les entretiens au Festival de Cannes

Yves Cape, AFC, SBC, a commencé sa carrière avec Bruno Dumont puis il a collaboré avec Claire Denis, Patrice Chéreau, Cédric Khan, Guillaume Nicloux et dernièrement avec Arnaud des Pallières. En 2014, il rencontre le réalisateur mexicain Michel Franco avec lequel il tourne à Los Angeles Chronic, qui remporte le Prix du scénario à Cannes en 2015. Pour ce 70e Festival, le réalisateur revient à Cannes avec Las hijas de Abril (Les Filles d’Avril) en sélection à Un certain regard.

31e édition du Festival international du film francophone de Namur

Films AFC dans les festivals

Le Festival international du film francophone de Namur, qui s’est déroulé du 30 septembre au 6 octobre 2016, représente, à travers ses différents programmes, toute la diversité de la Francophonie. Présidé par Bouli Lanners et composé de Marguerite Abouet, Jérôme Bonnell, Sandrine Bonnaire, Tudor Giurgiu, Niels Schneider et Eileen Hofer, le jury de la compétition internationale a décerné le Bayard d’or du Meilleur film à Orpheline, d’Arnaud des Pallières, photographié par Yves Cape, AFC, SBC.

La directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, parle de son travail sur "Le Procès de Viviane Amsalem", de Ronit et Sholmi Elkabetz

Les entretiens au Festival de Cannes

Après avoir débuté sa carrière de directrice photo sur les films de Téchiné (Les Roseaux sauvages, Les Voleurs), Jeanne Lapoirie éclaire plusieurs films de François Ozon (Goutes d’eau sur pierres brûlantes, Sous le sable, Huit femmes, Le Temps qui reste, Ricky) et de Valeria Bruni Tedeschi (Il est plus facile pour un chameau, Actrices, Un château en Italie). Son parcours l’amène à travailler sur des films très différents, il suffit pour s’en rendre compte de visionner Michael Kholhass, d’Arnaud des Pallières, puis Le Procès de Viviane Amsallem. Pour ce film israélien de Ronit et Sholmi Elkabetz, en sélection à la Quinzaine des réalisateurs, Jeanne Lapoirie nous confie comment elle a abordé son travail en fonction des choix radicaux des deux réalisateurs.

"Un film se fait tout seul"
Des propos de Jeanne Lapoirie, AFC

Propos et entretiens

A l’occasion de la récente sortie en salles de Michael Kohlhaas, le film d’Arnaud des Pallières que Jeanne Lapoirie, AFC, a photographié, l’hebdomadaire Le Nouvel observateur (17-23 août 2013) et Sophie Grassin ont demandé à la directrice de la photographie de « livrer sa méthode et raconter le tournage du film ».

L’agenda du vendredi 24 mai

Agendas

  • Les films AFC du jour
  • Sélection officielle, Compétition
  • The Immigrant, de James Gray, photographié par Darius Khondji, AFC, ASC, projections au Grand Théâtre Lumière à 8h30, 15h et 19h30
  • Le film sera de nouveau projeté le samedi 25, salle du Soixantième à 11h15
  • Lire un entretien accordé par Darius Khondji à propos de son travail sur The Immigrant
  • Sélection officielle, Compétition
  • Michael Kohlass, d’Arnaud des Pallières, photographié par Jeanne Lapoirie, AFC, projections au Grand Théâtre Lumière à 11h30 et 22h30
  • Le film sera de nouveau projeté le samedi 25, salle du Soixantième à 14h
  • Lire un entretien accordé par Jeanne Lapoirie à propos de son travail sur Michael Kohlass.
  • Contacts AFC
  • Mathilde Demy : +33 (0)6 48 10 44 58
  • Jean-Noël Ferragut : +33 (0)6 03 50 09 28
  • Point de rencontre : Pavillon de la CST

La directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, parle de son travail sur "Michael Kohlass", d’Arnaud des Pallières

Les entretiens au Festival de Cannes

C’est pour un deuxième entretien que nous retrouvons Jeanne Lapoirie cette année à Cannes puisqu’elle a éclairé deux films en Sélection officielle sur la Croisette : Un château en Italie, de Valeria Bruni Tedeschi, et Michael Kohlhaas, d’Arnaud des Pallières. Elle évoque ici cette deuxième collaboration avec un réalisateur qui nous avait étonné avec Parc, en 2009. Sur Parc, Jeanne avait créé une lumière assez travaillée et présente. Sur Michael Kohlass, elle sublime la lumière naturelle pour rendre toute la rudesse et l’âpreté de ce scénario. (BB)

La directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, parle de son travail sur "Un château en Italie", de Valeria Bruni Tedeschi

Les entretiens au Festival de Cannes

Jeanne Lapoirie débute sa carrière en éclairant des films d’André Téchiné (Les Roseaux sauvages, Les Voleurs). Elle collabore ensuite sur plusieurs films avec François Ozon (Goutes d’eau sur pierres brûlantes, Sous le sable, Huit femmes, Le Temps qui reste et Ricky). Son parcours l’amène à travailler sur des films d’auteurs ou des films particuliers comme My Little Princess d’Eva Ionesco, Les Revenants de Robin Campillo, Independencia de Raya Martin, Parc d’Arnaud des Pallières, La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq. C’est pour le troisième long métrage de Valeria Bruni Tedeschi, avec qui elle a travaillé depuis son premier film, Il est plus facile pour un chameau, que nous retrouvons Jeanne qui nous parle de son travail sur Un château en Italie, en Sélection officielle. (BB)

Films (5)

Michael Kohlhaas

de Arnaud des Pallières