Les Entretiens AFC

Ed Lachman

La Master Class Ed Lachman, ASC, est en ligne

La vidéo de la Master Class d’Ed Lachman, ASC, est en ligne. Organisée par l’AFC, en partenariat avec l’ENS Louis-Lumière, elle a eu lieu lundi 12 février 2018 dans les locaux de l’Ecole, était animée par Caroline Champetier, AFC, modérée par François Reumont, les propos échangés en anglais traduits par Massoumeh Lahiji.
Ed Lachman

Entretien avec le directeur de la photographie Ed Lachman, ASC, à propos de "Wonderstruck", de Todd Haynes
Entretien filmé, par François Reumont pour l’AFC

Produit par Amazon Studios, le nouvel opus de Todd Haynes porte a l’écran un roman de Brian Selznick de 2011. Cet écrivain et illustrateur spécialisé dans les livres pour la jeunesse est aussi l’auteur du scénario de Hugo Cabret, de Martin Scorcese. Pour ce film-ci, une double narration à cheval entre les années 1920 et 1970 a été photographiée par Edward Lachman, ASC. Le chef opérateur new-yorkais invité à Cannes par sa production nous confie, dans cet entretien filmé, ses choix d’image, son amour pour la pellicule, et partage quelques observations quant au futur de la narration cinématographique...
Ed Lachman

Ed Lachman, ASC, parle de son travail sur "Carol", de Todd Haynes
Un film réaliste et poétique

Avec Roger Deakins, Ed Lachman est sans doute la deuxième légende de l’image de film en compétition cannoise. Le chef opérateur et réalisateur natif du New Jersey viendra nous proposer avec son ami Todd Haynes un film un peu à part dans le paysage cinématographique de 2015.
Un film tourné en super 16, recréant le New York des années 40, réunissant Cate Blanchett et Rooney Mara. Une occasion pour lui de nous faire partager son amour de la pellicule. (FR)
Pascal Lagriffoul

"Transferts", une série d’anticipation made in France
Entretien avec le directeur de la photographie Pascal Lagriffoul,

Pour sa deuxième incursion dans l’anticipation et après la série "Trepalium", Arte France a décidé de confier à Patrick Benedek et Claude Scasso l’écriture d’une saison de six épisodes consacrée à l’immortalité, au transfert de corps à corps. Une série diffusée à partir du 16 novembre et dont Pascal Lagriffoul, AFC, a signé l’image de la première saison. Le premier épisode est sélectionné à Camerimage en compétition Pilotes Série TV. (FR)
Pascal Lagriffoul
Samuel Lahu

Le directeur de la photographie Samuel Lahu parle de son travail sur "Mercenaire", de Sacha Wolff

J’ai rencontré Samuel Lahu à La fémis… Je donnais un cours à des élèves de dernière année du département Image. Peu de temps après, alors que Samuel était sorti de cette école, je lui ai demandé s’il voulait faire le tour du monde avec deux caméras, une vitre [1], un marker et moi… Samuel a choisi dix pays sur la planète et nous sommes partis tous les deux, dans une vingtaine de pays, avec dix-sept caisses sous le bras…
Alex Lamarque

Le directeur de la photographie Alex Lamarque, AFC, parle de son travail sur "Né quelque part", de Mohamed Hamidi

Alex Lamarque commence sa carrière de directeur de la photographie au côté d’Olivier Dahan sur son premier long métrage, Frères : la roulette rouge, et reste son fidèle collaborateur sur des courts métrages, de nombreux vidéo clips et quatre autres longs métrages : Le Petit Poucet, La Vie promise, Les Rivières pourpres 2 et Les Seigneurs. Directeur de la photo très sollicité dans le domaine de la publicité, il a également participé aux films Da Vinci code et Arthur et les Minimoys en tant qu’opérateur 2e équipe. Parallèlement à son travail sur de nombreux films commerciaux, ce premier long métrage de Mohamed Hamidi, en Compétition officielle, lui permet de renouer avec le cinéma.
Jeanne Lapoirie

La directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, parle de son travail sur "120 battements par minute", de Robin Campillo

Le parcours de la directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, est balisé par des rencontres avec des réalisateurs très différents, allant de Téchiné à Valeria Bruni Tedeschi, en passant par Ozon, des Pallières ou les réalisateurs israéliens Ronit et Sholmi Elkabetz. Elle a éclairé les deux premiers films du scénariste et monteur de Laurent Cantet, Robin Campillo. Son premier long métrage, Les Revenants, a été adapté pour une série éponyme devenue mythique aussi bien en France qu’aux États-Unis. Après avoir réalisé Eastern Boy, Robin Campillo fait son entrée pour la première fois sur la Croisette avec, en compétition officielle, 120 battements par minute. (BB)
Jeanne Lapoirie

La directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, parle de son travail sur "Le Procès de Viviane Amsalem", de Ronit et Sholmi Elkabetz

Après avoir débuté sa carrière de directrice photo sur les films de Téchiné (Les Roseaux sauvages, Les Voleurs), Jeanne Lapoirie éclaire plusieurs films de François Ozon (Goutes d’eau sur pierres brûlantes, Sous le sable, Huit femmes, Le Temps qui reste, Ricky) et de Valeria Bruni Tedeschi (Il est plus facile pour un chameau, Actrices, Un château en Italie). Son parcours l’amène à travailler sur des films très différents, il suffit pour s’en rendre compte de visionner Michael Kholhass, d’Arnaud des Pallières, puis Le Procès de Viviane Amsallem. Pour ce film israélien de Ronit et Sholmi Elkabetz, en sélection à la Quinzaine des réalisateurs, Jeanne Lapoirie nous confie comment elle a abordé son travail en fonction des choix radicaux des deux réalisateurs.
Jeanne Lapoirie

La directrice de la photographie Jeanne Lapoirie, AFC, parle de son travail sur le film "My Little Princess" d’Eva Ionesco

C’est pour éclairer un récit autobiographique et pour son premier long métrage que la comédienne Eva Ionesco a fait appel à Jeanne Lapoirie, AFC. Un film de lumière, de photographie, un univers fantasque pour une réalité que la réalisatrice a voulu transcender en magnifiant la fiction. « La difficulté », dit-elle, « était de savoir comment filmer la photographie ».
Jeanne nous confie comment elle a tenté de répondre à ce défi visuel et comment elle a collaboré avec Eva Ionesco pour My Little Princess, sélectionné à la Semaine de la critique.
Jeanne Lapoirie

Independencia
de Raya A. Martin, photographié par Jeanne Lapoirie, AFC

Raya A. Martin est un jeune réalisateur philippin très remarqué dans les festivals. Un hommage lui était consacré au dernier Festival du Réel. Ses films évoquent l’histoire de son pays sous des formes très expérimentales.
Jeanne Lapoirie l’a rencontré au Festival du documentaire de Marseille (FID) et a été séduite par son film Indio Nacional, un film en noir et blanc, muet, accompagné au piano. Après la lecture du scénario d’Independencia, elle accepte l’aventure d’un film entièrement tourné aux Philippines.
Jean-Claude Larrieu

Entretien avec le directeur de la photographie Jean-Claude Larrieu, AFC, à propos de son travail sur "Julieta", de Pedro Almodóvar
Par François Reumont pour l’AFC

Julieta est l’histoire d’une femme rongée par la fuite inexpliquée de sa fille, 12 ans auparavant. Une longue plongée dans le temps et dans ses souvenirs va peu à peu lui révéler les vraies raisons de cette disparition. Jean-Claude Larrieu, AFC, nous raconte, dans un entretien filmé et avec son phrasé chaleureux pyrénéen, la fabrication du nouveau film de Pedro Almodóvar, en lice pour la Palme d’or 2016.
Jean-Claude Larrieu

Map of The Sounds of Tokyo
d’Isabel Coixet, photographié par Jean-Claude Larrieu, AFC

Jean-Claude Larrieu filme Tokyo
Jean-Claude Larrieu a développé une longue et fidèle collaboration depuis quatre films avec la réalisatrice catalane Isabel Coixet. Il l’accompagne aujourd’hui en compétition officielle avec un nouveau film tourné entièrement à Tokyo, marquant également pour lui sa première expérience avec la caméra de cinéma numérique Red One…
Yorick Le Saux

Entretien avec Yorick Le Saux et Denis Lenoir, AFC, ASC, à propos du film "Carlos" d’Olivier Assayas
En Sélection officielle du Festival de Cannes 2010, hors compétition

Carlos : Olivier Assayas propulse la série télé vers le grand écran
Pour boucler les trois téléfilms consacrés au parcours du terroriste Carlos, Olivier Assayas a fait équipe avec Yorick Le Saux et Denis Lenoir. Une collaboration assez unique liée à la durée record du tournage (95 jours répartis sur près de 6 mois). Une série télé tournée dans un esprit cinéma, puisque deux versions devraient bientôt sortir en salle. Signe du caractère unique de ce téléfilm, la version intégrale de 5h30 est projetée pour la première fois à Cannes hors compétition.
Philippe Le Sourd

Entretien avec le directeur de la photographie Philippe Le Sourd, AFC, à propos de son travail sur "Les Proies", de Sofia Coppola
"Moonlight en Louisiane"

Pour son nouveau long métrage, la réalisatrice américaine Sofia Coppola a décidé de porter à l’écran le roman de Tomas Cullinan, Les Proies, qui narre l’irruption d’un soldat ennemi blessé dans un pensionnat de jeunes filles au beau milieu de la guerre de sécession. Un remake (sans l’être) de la première adaptation faite par Don Siegel en 1971 avec Clint Eastwood dans le rôle du soldat. Pour cette nouvelle version, les femmes sont à l’honneur et composent un casting prestigieux autour du personnage de John Mac Burney (Colin Farrell). Philippe Le Sourd, AFC, signe les images de ce film tourné en Louisiane. (FR)
Georges Lechaptois

Entretien avec le directeur de la photographie Georges Lechaptois à propos de son travail sur "Los Perros", de Marcela Said

C’est avec Rebecca Zlotowski, Alice Winoccour et Antoine Desrosières que le directeur de la photographie Georges Lechaptois collabore fidèlement depuis une dizaine d’années. Cheminant depuis son arrivée en France à la fin des années 80 entre la publicité, le documentaire et la fiction, ce directeur de la photo chilien retrouve les couleurs de son pays en signant l’image du film de Marcela Said, Los Perros, tourné à Santiago et sélectionné à la Semaine de la Critique dans le cadre du Festival de Cannes 2017. L’Eté des poissons volants, le premier long métrage de cette jeune réalisatrice chilienne, avait été sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs en 2013. (BB)
Georges Lechaptois

Le directeur de la photographie Georges Lechaptois parle de son travail sur "Maryland", d’Alice Winocour

Georges Lechaptois exerce son métier de directeur de la photographie depuis
1993, aussi bien sur des fictions que sur des documentaires ou de la publicité. Une grosse partie de sa carrière a été vouée à la publicité mais il travaille plus souvent sur des longs métrages depuis Belle épine, le premier long métrage de Rebecca Zlotowski sorti en 2010. Il a récemment éclairé le premier long métrage de Zoltan Meyer tourné en Chine, Voyage en Chine. (BB)
Nicolas Loir
Hélène Louvart

Où la directrice de la photographie Hélène Louvart, AFC, parle de son travail sur "Xenia", de Panos H. Koutras

Xenia, de Panos Koutras. Une rencontre avec Panos l’hiver dernier, un projet de film coproduit par la France, la Grèce et la Belgique. J’avais pu voir son précédent film Strella, et ce film avait été pour moi une forme de révélation, autant pour l’image, que pour ses partis pris et sa liberté d’expression. Le scénario de Xenia était totalement construit, précis, et Panos est un réalisateur qui cherche, travaille et finit par trouver ce qu’il aime.
Hélène Louvart

Où la directrice de la photographie Hélène Louvart, AFC, parle de son travail sur "Le Meraviglie (Les Merveilles)", d’Alice Rohrwacher

Nous avions déjà tourné avec Alice Rohrwacher Corpo celeste au sud de l’Italie il y a trois ans. En Super 16 mm, un film essentiellement tourné tout à l’épaule. Le film avait rencontré un grand succès – une sélection à la Quinzaine des réalisateurs, puis l’équivalent du César du meilleur premier film en Italie, ainsi que de nombreux prix dans différents festivals, et le prix du meilleur film européen, ce qui est déjà pas mal pour une premier film…
Hélène Louvart

Entretien avec la directrice de la photographie Hélène Louvart, AFC, à propos du film "Copacabana" de Marc Fitoussi
En sélection de la Semaine de la Critique 2010

Hélène Louvart a photographié les films de Sandrine Veysset, Marc Recha, Dominique Cabrera, Christian Vincent (entre autres !) et tout récemment le dernier film de Wim Wenders.
Marc Fitoussi signe avec Copacabana son deuxième long métrage. Après avoir été scénariste pour la télévision, il réalise des courts métrages puis un premier long métrage en 2006 La Vie d’artiste avec Sandrine Kiberlain, Denis Podalydès et Emilie Dequenne.
Copacabana réunit, pour la première fois à l’écran, Isabelle Huppert et sa fille Lolita Chammah et, pour une première collaboration, Marc Fitoussi et Hélène Louvart.
Hélène Louvart

Salamandra
de Pablo Agüero, photographié par Hélène Louvart, AFC

Après sa sortie de Louis-Lumière en 1985, Hélène Louvart, AFC, a fait ses classes dans le documentaire et le court métrage. Elle a signé depuis la photographie d’une quarantaine de films de fiction. Parmi ceux-ci, on note une collaboration fidèle avec Sandrine Veysset, Dominique Cabrera, ainsi que des tournages avec Christian Vincent et Jacques Doillon. Après Pau et son frère en 2002, puis Dans les champs de bataille et La Blessure en 2004, elle revient en sélection cannoise avec Salamandra, un film argentin à la Quinzaine des réalisateurs.
Irina Lubtchansky
Irina Lubtchansky

La directrice de la photographie Irina Lubtchansky parle de son travail sur "Trois souvenirs de ma jeunesse", d’Arnaud Desplechin

Irina Lubtchansky a longtemps travaillé avec le directeur de la photo William Lubtchansky comme assistante caméra. En 2009, alors qu’elle s’apprête à cadrer le film de Jacques Rivette, 36 vues du Pic Saint-Loup, au côté de son père, la santé de celui-ci décline et Willy demande à sa fille de faire le film seule. Ce premier long métrage à la lumière, tourné dans les studios de Cinecittà, sera suivi de deux collaborations avec Romain Goupil, Les Mains en l’air et Les Jours venus.
William Lubtchansky

La Frontière de l’aube
de Philippe Garrel, photographié par William Lubtchansky, AFC

En forme de clin d’œil au genre fantastique, La Frontière de l’aube réunit un jeune photographe qui tombe amoureux d’une star, qui se suicide, et qui réapparaît dans la vie du jeune garçon.
Ce deuxième film avec Philippe Garrel affirme une collaboration efficace et sereine. La manière de travailler de Garrel et l’immense expérience de William Lubtchansky (une centaine de longs métrages en une quarantaine d’années…) s’associent pour une mise en scène libre et efficace. Cette association permet d’atteindre une expression artistique sans effets ni démonstration.